Astroneuf a décidé de développer une section astrophotographie au sein du club en 2018.

L'objet de cette page est de partager des conseils mais aussi nos photos.

Préambule

L'astrophotographie peut se pratiquer de différentes façons et nécessiter du matériel plus ou moins élaboré et coûteux.

La démocratisation des appareils photos numériques notamment réflex, couplée au développement et à la diffusion de logiciels dédiés au traitement d'image permet de réaliser des photos des objets du ciel.

Comme pour les télescopes, les détails d'un objet sont liés à la quantité de lumière (photons) captée. Pour faire simple, plus la durée de pose est longue est plus la quantité de photons captés sera élevée et permettra de révéler des détails. Pour capter plus de photons, on pourra monter l'APN sur un télescope de plus grand diamètre. Pour "zoomer" sur un objet, on devra en augmenter la focale, ce qui réduira le champ observé (et photographié).

Pour augmenter les détails captés, il est souvent privilégié un nombre de photos plus important et d'une durée plus courte; celà permet de limiter le "bruit". C'est majoritairement le cas en astrophoto planétaire, on l'on compile des films de 10 s avec 25 à 100 images/seconde. En astrophoto ciel profond, la multiplication des poses va favoriser la quantité de détails collectés (

 

1/ Appareil photo sur trépied

Les réflex numériques disposent d'un mode B permettant la réalisation de pose longue. Parfois, le mode manuel permet de paramétrer des durées de pose sur plusieurs secondes (maxi 30 s sur le pentax K50).

Le problème est, parfois, de trouver la bonne mise au point (manuelle). Pour celà, le mode "liveview" peut être utile, ou encore la possibilité de coupler en direct l'APN à un ordinateur.

Sur trépied, il n'y a pas de correction de la rotation de la terre. Si l'on veut éviter d'avoir des étoiles "allongées", il est conseillé de rester dans un temps de pose limité, lié à la focale de l'objectif photo. La règle du 500 permet d'évaluer ce temps: temps max sans effet d'allongement des étoile = 500/F objo. Ex: objo de 20 mm alors temps de pose de 25 mm.

Les réflex proposent le mode d'images "RAW". Ce mode est à privilégier car il s'agit des données brutes. Le format JPEG est un fichier qui a déjà fait l'objet de traitements par le boitier réflex; celà se traduit par une perte de donnée. Par ailleurs, le format JPEG ne permet généralement pas de retravailler la balance des blancs.

Conseils:

Privilégier les objectifs grand champ (<35mm) avec une grande ouverture, genre f/1,4 ouf/2 ou f/2,6 (qui collectera plus de lumière)

Utiliser le format RAW ou RAW+JPEG pour ne pas avoir de perte de données en vue d'un traitement d'images

 

2/ Appareil photo sur monture équatoriale motorisée

La monture équatoriale motorisée, une fois mise en station (c'est à dire axe aligné sur l'étoile polaire) va permettre de compenser la rotation de la terre. De ce fait, celà va permettre de faire des poses de plus grande durée, y compris avec des objectifs photos de focale plus longue (200/300 mm).

Cette technique permet de simplifier la composition de plusieurs images car les différentes prises ne font pas l'objet de rotation de champ.

 

3/La photo au foyer

La photo au foyer consiste à remplacer l'objectif photo par une lunette ou un télescope afin de lui donner une longueur focale plus importante (permettant de photographier des objets plus petits) en profitant d'un diamètre d'entrée plus grand que les objectifs photos (et donc d'une collecte de photons plus importante).

L'adaptation du réflex sur l'appareil se fait au moyen d'une bague dite "T2", spécifique à chaque marque d'appareil photos (#20 €). Cette bague présente à l'avant un filetage (M42) permettant de lui adjoindre un adaptateur (1'1/4 ou 2') pour fixer le réflex au porte oculaire. Il est parfois nécessaire pour permettre la mise au point, d'ajouter des bagues/tubes allonges.

L'appareil  photo peut être remplacé par une webcam ou imageur CCD qui est alors relié à un ordinateur portable.

 

Ce type de montage va permettre de réaliser des photos en poses plus longues et en zoomant de façon importante. L'intérêt réside dans le cumul de nombre de prises de vue qui seront ensuite prétraitées, alignées, compilées, traitées avec des logiciels spécifiques.

 

Conseils:

Bien réaliser la mise en station

Utiliser le format RAW ou RAW+JPEG pour ne pas avoir de perte de données en vue d'un traitement d'images

 

4/ La photo au foyer avec lunette guide et pilotage de la monture équatoriale

Toutes les montures présentent des erreurs de suivi auxquelles s'ajoute la mise en station jamais nickel, la flexion engendrée par le poids du matériel qui bouge,...

Pour réaliser des photos avec des temps de poses très longs (nébuleuses faibles notamment), il est alors nécessaire d'avoir recours à un suivi précis du mouvement de la monture et de corriger ce déplacement si une déviation est observée. Il faut alors avoir recours à une lunette guide équipée d'une webcam reliée en direct à un PC, sur lequel un logiciel va constater la déviation et envoyer un ordre de mouvement à la monture pour corriger la déviance.

Ce système de prise de vue nécessite beaucoup de matériel. Il requière parfois plusieurs nuits pour photographier un seul objet.

Les objets faibles (nébuleuse) sont alors généralement photographiés avec des filtres sélectifs pour mettre en valeur certaines longueurs d'ondes.

Ce type d'installation peut donner lieu à des pilotages à distance. Ce sont les mêmes pratiques que les grands télescopes mais à une échelle amateur!


Photos prises par les membres du club